SUR LA PISTE DE SADOK B.

PLATÔ ACCOMPAGNE MARIE GUÉRIN ET ANNE KROPOTKINE POUR LA PRODUCTION ET LA DIFFUSION DE CE RADIO-CONCERT
CRÉATION 2021

Le spectacle retrace le road-trip de Marie et Anne entre l’Europe et l’Afrique, à partir de la découverte d’une archive sonore centenaire, la voix de Sadok B., poète populaire tunisien, enregistrée dans un camp de prisonniers de guerre en Allemagne en 1916.

Sur scène, on suivra la circulation et le rapatriement en Tunisie de cette archive, un des premiers enregistrements de musique populaire tunisienne – jamais entendu au pays – de Zossen-Wünsdorf (ancien camp de prisonniers près de Berlin, devenu aujourd’hui un camp de réfugiés) à Monastir (la ville natale de Sadok) en passant par la Bretagne (d’où les auteures viennent) et la Méditerranée (traversée Marseille-Tunis).

Au bout de ce road-trip, entre la France, l’Allemagne et la Tunisie, elles trouvent, de manière inattendue, les descendants de Sadok. Elles remettent à la famille le chant de leur ancêtre et constatent que le patrimoine musical tunisien s’est transmis oralement dans cette famille de musiciens-collecteurs, de Sadok B. à Jasser Haj Youssef, son arrière-petit-fils.

Trois chapitres composent ce récit franco-arabe. Le premier chapitre a fait l’objet d’une performance dont la version radiophonique a été diffusée sur la radio allemande – Deutschlandfunk Kultur.

Leur fil musical, de la transe archaïque à la transe électronique, guide l’écriture d’une grande partition qui sera portée sur scène*.
Elles déploient sur le plateau des matériaux composites : le road-trip radiophonique, des voix de narration, des témoignages directs, des archives enregistrées sur shellac, une traduction simultanée en arabe, de la musique live.

C’est autour de ce motif musical commun à la Tunisie et à la Bretagne – la transe – que leur en-quête** va se broder, dans toute son épaisseur, avec son contexte géopolitique, sa résonance post-coloniale, avec la valeur politique de leur geste … parfois malgré elles.
Dans cette histoire, Marie et Anne – inspirées par le journalisme gonzo – sont de fait chercheuses, relieuses, arpenteuses, brodeuses..

* Le récit sera également mis en ondes et diffusé sur la RTBF (bourse Gulliver), la RTS, France Culture et Radio Monastir, etc.
** Anne déroule le fil de l’enquête dans la revue Entre-Temps (Patrick Boucheron) ; son récit est relayé par un article dans Le Monde papier (octobre 2019).

 

 

Marie Guérin – auteure, metteuse en ondes, narratrice, musicienne
Artiste sonore et compositrice, elle manipule des prises de sons et des archives radiophoniques, ces traces laissées sur les ondes par des « fantômes hertziens ». Mélange de voix, de textures, de grains, de sons anecdotiques, son travail questionne le patrimoine sonore, ses supports et les traces laissées sur ces supports ; sa musique transite de la grammaire radiophonique a  la musique.
Elle travaille en live et en studio, pour la scène (Kontakte 2017, HKW – Berlin, réseau de l’Institut Français en Allemagne, Radio France, Mémorial de Verdun), pour la radio (France Inter, France Culture, Nova, Deutschlandradio Kultur, RTBF, RTS, France Musique, Radio Campus) et pour des installations sonores (Les Passagers du son, Radiophonic spaces).
Prix Banc d’essai INA-GRM 2013 ; Prix Sacem Musique Concrète en 2015, Brouillon d’un rêve et bourse Gulliver 2018, Prix Phonurgia Nova – Archives de la Parole 2018

Anne Kropotkine – auteure, metteuse en ondes, narratrice
Elle est auteure de créations sonores et de documentaires radiophoniques et chercheuse en histoire.
Elle aime explorer le lien entre son, archives et histoire, dans une démarche documentaire et artistique au sein du collectif Micro-sillons, à la radio (France Culture, RTBF, RTS, webradios…), à l’Université ou sous la forme d’installations et de parcours sonores (Les Passagers du son 2017 et 2018, Eko Echo Istanbul-Paris 2019, etc.). Elle a créé à Rennes, en 2012, Micro-sillons. Elle participe à plusieurs projets sonores internationaux (Europe, Russie, Turquie, Tunisie).

 

 

 

https://micro-sillons.fr/sur-la-piste-de-sadok-b/